Articles

Le pouvoir du "Peer-to-peer" et de "l'organisation relationnelle"

Découvrez tout ce que vous devez savoir sur "l'organisation relationnelle", quelques bonnes pratiques et comment Qomon peut vous aider à la mettre en œuvre dans votre mouvement.

Nicolas
8/9/2021
8 min de lecture
Le pouvoir du "Peer-to-peer" et de "l'organisation relationnelle"

Partager, c'est militer

Lorsque vous partagez vos opinions, parlez de politique ou de ce en quoi vous croyez avec votre famille et vos amis, vous faites bien plus que partager des pensées.


Vous défendez un point de vue et décrivez le monde non pas tel qu'il est mais tel que vous pensez qu'il devrait être. C'est cela le véritable engagement. Votre engagement et votre énergie peuvent être une source d'inspiration pour les autres et les convaincre de vos idées. Partager vos idées, c'est du militantisme, sans même vous en rendre compte !


C'est ce qu'on appelle "l'organisation relationnelle".

L'organisation relationnelle consiste à utiliser les petites "actions quotidiennes" qui ont lieu dans des réseaux restreints et à en faire des actes de mobilisation.


Comment cela fonctionne-t-il ? Comment mobiliser les gens à travers leurs interactions personnelles ? Comment déclencher l'impact de ce type d'organisation ?

militer l'organisation relationnelle


Qu'est-ce que "l'organisation relationnelle" ?


La définition courte


L'organisation relationnelle repose sur un modèle de prospection qui se concentre sur les contacts entre les personnes qui appartiennent au même réseau social - amis, famille, connaissances ou voisins. On pourrait également l'appeler "organisation de pair à pair", "campagnes de pair à pair", "collecte de fonds de pair à pair" ou "textos de pair à pair".


Vos volontaires contactent les personnes de leur réseau proche par différents canaux de communication : SMS, email, appels téléphoniques, médias sociaux, conversation physique, etc. Ensuite, les personnes contactées par vos volontaires sont converties et peuvent le partager à nouveau avec leurs contacts, amis, famille,... Ce processus se répète encore et encore.

C'est un véritable effet de réseau.


Les avantages de l'organisation de pair à pair ou de l'organisation relationnelle


  • Surmonter l'incapacité / la peur de votre équipe de contacter des étrangers


Beaucoup de vos volontaires vous diront qu'ils ne se sentent pas à l'aise à contacter ou prospecter des inconnus, surtout s'ils sont novices en la matière. Et vous ne voulez pas les traumatiser dès le début. Ce problème disparaît lorsque vous commencez par mobiliser votre réseau et les personnes que vous connaissez, comme vos voisins. Cela renforce la confiance et, en plus, les coordonnées sont généralement à jour !


  • Surmonter le problème de l’absence de crédibilité


Deux parents se sentiront beaucoup plus à l'aise à parler ensemble de politique ou de questions de société qu'avec un étranger. Le message est délivré par une personne connue et de confiance, vraisemblablement plus crédible.

Dans certains cas, les personnes donneront plus de crédibilité au discours d'un ami qu’à ce qu'ils liront dans le journal local.


"L'organisation relationnelle" en vaut-elle la peine ?


Expériences précédentes sur le terrain


Avant les élections municipales de novembre 2019, le groupe non partisan Turnout Nation a mené une évaluation randomisée de son modèle de "capitaine" (mobilisateurs) pour promouvoir la participation électorale. Il s’est concentré sur les contacts entre les personnes qui appartiennent au même réseau social. L'évaluation a eu lieu dans quatre endroits : Ohio, San Francisco, Connecticut et Colorado. Dans toutes ces régions, le taux de participation était d'environ 32 %.


Après avoir accepté de participer, le "capitaine" a proposé une vingtaine de noms d'amis ou de parents qui auraient le droit de voter aux prochaines élections. La moitié de ces noms a été sélectionnée au hasard et assignée à un capitaine, qui est resté en contact avec eux. L'autre moitié a été assignée au hasard à un groupe de contrôle sans contact.


Pour chaque capitaine, la différence entre le taux de participation de la liste de traitement et le taux de participation de la liste de contrôle a fourni une estimation de l'effet moyen de l'affectation sur la participation électorale. Enfin, sur l'ensemble des quatre sites, 43 volontaires ont réussi à mobiliser 387 électeurs. 386 autres électeurs ont été affectés au groupe de contrôle.


Il s'est finalement avéré que les taux de participation étaient de 13,2 points de pourcentage plus élevés dans le groupe de traitement que dans le groupe de contrôle !


Comparaison avec d'autres entonnoirs d'engagement


  • "Cold Text-messaging" et Facebook : le taux de participation est supérieur de moins de 0,5 point de pourcentage.
  • Banques téléphoniques commerciales : le taux de participation est supérieur d'environ 1 point de pourcentage.
  • Le démarchage au porte-à-porte: il produit parfois de forts effets parmi ceux qui répondent à la porte, mais les taux de contact sont inférieurs à 30%. Le taux de participation est supérieur d'environ moins de 4 points.


Comment organiser votre campagne d'organisation relationnelle ?


L'organisation est la clé


Soyons concrets, et voyons quelle est la meilleure pratique pour organiser une campagne d'organisation relationnelle. Selon la même étude, la campagne de l’État de l'Ohio était la plus organisée.


Dans l'Ohio où la supervision était particulièrement bien organisée, les résultats ont été remarquables : l'affectation d'un électeur à un capitaine a augmenté la probabilité de participation de 17,1 points de pourcentage.


Que faut-il faire pour obtenir de tels résultats ?  


  • Les organisateurs doivent vérifier que les volontaires sont conscients de leurs responsabilités.

Ils doivent s'assurer que chaque volontaire sait ce qu'il doit faire. Certains volontaires auront des difficultés ou un manque de motivation pour communiquer avec leurs interlocuteurs. Pour surmonter ce problème, les organisateurs doivent partager des supports avec leurs volontaires afin qu'ils se sentent en confiance et responsabilisés.


  • Les organisateurs doivent encourager les volontaires à agir rapidement dès le début.

Cette stratégie demande un certain effort car dès que les volontaires s'inscrivent, ils doivent : sélectionner des contacts ciblés, mettre en place des lignes de communication et recruter de nouveaux volontaires. Plus vite ces tâches sont accomplies, mieux c'est.


Le plus important dans le recrutement d'un nouveau volontaire n'est pas qu'il soit d'accord, mais de le faire adhérer pleinement !


  • Les organisateurs doivent s'assurer que les volontaires sont informés et préparés.

Les organisateurs doivent s'associer aux volontaires pour s'assurer qu'ils suivent le processus de formation et les instructions. Ils doivent aussi rester disponibles pour répondre à leurs questions.


  • Les organisateurs doivent être clairs sur l'objectif et récompenser les volontaires.

Objectifs clairs = ciel dégagé. La meilleure pratique est de fixer un nombre de contacts cibles pour les volontaires. 10 ou 20 contacts, c’est un bon objectif 🙂

Il faut aussi récompenser les personnes et susciter la considération de ceux qui font le plus.


  • Les organisateurs doivent prévoir un moment pour se rencontrer.

Les organisateurs doivent se mettre régulièrement en contact avec chaque volontaire pour faire le point sur les progrès accomplis, répondre à leurs questions ou préoccupations, réfléchir et élaborer des stratégies. Il est également important de se demander si les volontaires ont pu obtenir des promesses ou au moins des engagements. Les promesses faites à des amis fonctionnent vraiment !

  • Dans le cas de la politique, faites un suivi après le vote !

Les organisateurs chercheront à obtenir les résultats de tous leurs volontaires après les élections. Ils doivent les interroger sur leurs prévisions concernant leurs contacts et assurer un suivi après les élections pour analyser les résultats. Les organisateurs doivent faire le point sur les éléments qui ont bien fonctionné et sur les améliorations à apporter.


Big Tech + Big Humans = Big Mobilisation


L'organisation requise pour ce type de campagne de mobilisation se fait principalement à l'aide de la technologie. Trois grandes catégories d'outils existent pour la mobilisation et pour aider à la mise en œuvre de ces types de stratégie.


  • Outils de gestion d'équipe permettant aux volontaires de partager du matériel et des informations.
  • Outils de gestion de la communication et des retours d'information des volontaires et suivi des contacts.
  • Outils pour gérer votre base de données de contacts (CRM).
  • Outils d'analyse des données pour cibler les territoires prioritaires et localiser les points de contact.

Qomon rassemble toutes ces fonctionnalités en un seul outil ! Il a été pensé pour être simple et convivial afin que tout le monde puisse l'utiliser.



Sources :


Green, Donald P., et Alan S. Gerber. Get out the vote : Comment augmenter la participation électorale (4e édition). Brookings Institution Press, 2019.

Green, Donald P., et Oliver A. McClellan. Turnout Nation : A Pilot Experiment Evaluating a Get-Out-The-Vote "Supertreatment", 2020.

https://4f8ae279-92d2-4c1b-ae95-1efa60f120bd.filesusr.com/ugd/c2b504_c6eacb6fed514da29335e35d1ac7e079.pdf


Tips & Info

Receive best practices, events and news directly in your email box.

Sign up

Stay in the loop!

Best practices, events & news, straight to your inbox.

Thank you for subscribing !
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Time for...

Get a demo

You might also like